TIBA Constructions

Aperçu sur les solutions permettant d’isoler une toiture plate

Renforcer l’isolation d’une toiture plate requiert des techniques particulières. Puisqu’il n’existe pas de comble, les propriétaires doivent miser sur des matériaux ayant de hautes performances isolantes. Lors de ces travaux, les ouvriers ont intérêt à limiter l’épaisseur de l’isolant. D’où l’emploi systématique de panneaux rigides.

Les techniques couramment employées pour l’isolation d’une toiture plate

Auparavant, les professionnels disposaient la couche isolante en dessous du support d’étanchéité. Un espace vide sera laissé entre ces deux éléments pour éviter les échanges thermiques entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. Cette technique dite de la « toiture froide » est maintenant obsolète. Si l’humidité parvient à s’infiltrer, des déperditions de chaleur importantes se manifesteront. Ce faisant, les travaux de réparation risquent d’être assez coûteux.  L’isolation du toit plat est couramment réalisée au moyen de panneaux isolants non porteurs qui servent de support continu pour le revêtement d’étanchéité.

Aujourd’hui, les spécialistes recommandent la méthode de la « toiture chaude ». Cette fois-ci, l’isolant sera placé entre le revêtement externe du toit et le support d’étanchéité. Un écran pare-vapeur vient séparer ces différents composants. De cette façon, une forte condensation n’entraînera pas de fissure. D’ailleurs, la chaleur emmagasinée sera restituée au bâtiment tout au long de la soirée. Ainsi, on parvient à accroître l’efficacité du chauffage pendant l’hiver.

Dans le cadre d’une rénovation, il est également courant de couvrir le toit directement avec une couche isolante avant d’y mouler du béton. Cette approche exige toutefois l’emploi d’un matériau imperméable. Au fil du temps, l’humidité s’infiltrera. Néanmoins, c’est la technique la plus utilisée pour isoler une toiture-terrasse.

L’exécution de ces travaux nécessite généralement 2 à 3 jours. Idéalement, on commence le chantier pendant la période sèche soit à la fin du printemps et au début de l’été. L’intervention d’une équipe de professionnels sera indispensable. Effectivement, la qualité de pose influera sur la durabilité de l’ouvrage.

Choisir son isolant : un point à ne pas négliger

Ces travaux requièrent l’emploi de matériaux ayant une valeur d’isolation élevée. Effectivement, il faudra limiter l’épaisseur de l’isolant pour obtenir des résultats esthétiques. Dans ce domaine, les panneaux rigides en mousse de polyisocyanurate sont très prisés. Tel est l’exemple des panneaux efigreen duo. Ces produits permettent d’éliminer les ponts thermiques sans empiler plusieurs couches. Ainsi, on réussit à créer une surface parfaitement plane avec facilité. D’ailleurs, ces isolants peuvent renforcer les revêtements d’étanchéité. À vrai dire, ils possèdent les caractéristiques nécessaires pour être employées comme écrans pare-vapeur. Les performances de ces matériaux s’expliquent par leur méthode de fabrication. En effet, la mousse a été compactée. Ce qui donne les moyens de réduire les échanges thermiques avec efficacité. Mais, cette matière est aussi ignifuge et offre une meilleure sécurité contre le feu.

La pose de ces panneaux requiert toutefois l’intervention d’une équipe de professionnels. Les spécialistes choisiront la meilleure manière de procéder. Selon l’état de la toiture, il faudra effectuer préalablement à des travaux de nivellement. Chaque étape exige un maximum de minutie. Une mise en place maladroite risque de nuire aux performances de la surface. Pour en savoir plus sur l’isolation de toiture, voir cet article.